Top Stories

Grid List

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo a fait du social son cheval de bataille. Sur terrain, cependant, beaucoup reste à faire pour accomplir la révolution de la modernité, vision chère au Président de la République, Joseph Kabila Kabange. Dans la foulée, l’Institut National de Sécurité Sociale (INSS) s’est inscrit dans cette logique afin de révolutionner le secteur de la sécurité sociale en RDC.

La salle de réunion de l’Hôtel KABE DE LUXE à Mbuji-Mayi a abrité 2 jours des travaux de l’atelier de vulgarisation des résolutions du forum national sur les mécanismes de participation citoyenne aux finances publiques et sensibilisation du budget participatif. Soit du Mercredi 21 au Jeudi 22 Septembre 2016. Une organisation du comité de pilotage de la reforme des finances publiques provinciales et locales avec l’appui de COREF/PROFIT–CONGO, placée sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur le Gouverneur de Province. Dans son allocution, Alfred KAMBA, Coordonateur de PROFIT-CONGO/KASAI ORIENTAL a salué l’adhésion de la province du Kasaï Oriental au processus du budget participatif.

Après les événements du 19 et 20 septembre dernier à Kinshasa, Hubert Kabasu Babu, acteur politique patenté, appelle la classe politique à plus de réflexion. Car, dit-il, ‘‘à la lumière de cette tragédie sociopolitique, avec des pertes énormes en vies humaines et en propriétés tant privées que publiques, on se rend compte que le Dialogue dans son format actuel est remis en question. Il doit être urgemment reconfiguré, en maximisant sa vertu inclusive, afin de le rendre plus légitime’’. Ces idées, il les a couchées dans une lettre ouverte adressée au Président de la République et au leader du Rassemblement. Ce politique, épris de paix, pense que le dialogue qui se tient actuellement devrait subir une sorte de reformatage et une prolongation d’une semaine. Ce, pour permettre le retour à la sérénité et d’amorcer une démarche rendant possible l’intégration des acteurs du Rassemblement de l’opposition. Sans cette inclusion, soutient-il dans sa lettre, ce dialogue ne saura porter un brin de légitimité. Ci-après, la Lettre de Kabasu Babu Katulondi au Président de la République et au leader du Rassemblement.

En début du week-end dernier, le Député national Franck Diongo, en sa qualité de Président national du parti politique, le Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP), a déposé une plainte auprès du Procureur Général de la République pour l’ouverture d’une enquête judiciaire devant déboucher sur des poursuites judiciaires à l’encontre des auteurs, commanditaires et complices de la destruction méchante du siège de son parti, d’incendie volontaire, de tentative d’assassinat et meurtre, d’atteinte aux droits garantis aux particuliers, de violation de domicile, de vol et pillage.

Les Forces Politiques Congolaises invitées à œuvrer pour la promotion de la paix ; toutes les parties doivent agir dans le sens de la décrispation de la situation politique ; plaidoyer appelant les acteurs politiques congolais à un dialogue inclusif pour une tenue pacifique des élections dans un délai le plus techniquement possible…Voilà des sujets qui étaient au menu des échanges qui ont eu lieu entre les diplomates occidentaux et le Président de l’Assemblée nationale congolaise, l’Honorable Minaku Aubin.

New York, le 24 septembre 2016. Le chef de la diplomatie congolaise, Raymond Tshibanda était en visite de travail au siège des Nations Unies à New York. En marge de la 71ème session ordinaire de l’assemblée générale des Nations Unies, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon s’est entretenu avec le représentant personnel du chef de l’Etat à New York, Raymond Tshibanda N’Tungamulongo, Ministre des Affaires Etrangères et de la coopération internationale.

*Les données techniques sur le processus électoral démontrent que le fichier électoral ne serait disponible qu’à la fin du mois de juillet 2017. Aux politiques réunis au Dialogue, sous la facilitation de Kodjo, de lever l’option d’accorder du temps nécessaire à la CENI, s’il faut s’attendre à l’organisation de bonnes élections en RD. Congo. Car, sans fichier électoral, il devient difficile de fixer et publier le calendrier détaillé des élections, a-t-on entendu dire auprès d’experts en la matière. Néanmoins, la Centrale électorale pourrait présenter, à la séance d’aujourd’hui, aux délégués au Dialogue, quelques indications de dates pour les prochaines élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, pour leur permettre d’en avoir une idée, avant de signer au bas de l’Accord politique marquant ainsi la fin des travaux.

Des projets de l’accord final de ce forum ont été dispatchés aux délégués, vendredi 23 septembre dernier. L’exigence de l’Opposition et de plusieurs organisations de la société civile sur le calendrier électoral n’a pas été prise en compte. Dans ce document, sur le calendrier électoral, il est plutôt écrit que la CENI va devoir confectionner un chronogramme détaillé dans les quinze jours après la signature dudit accord. ‘’Sans date, pas de signature d’accord ‘’, martelait le groupe mené par Kamerhe. Ce projet sera-t-il amendé pour satisfaire l’Opposition et consorts? Ou est-ce possible que ce groupe puisse faire volte-face ? Ou encore ces pourparlers se dirigent-ils vers un naufrage ? Ces questions demeurent. Toutefois, au regard des enjeux, la clôture est voulue pour le plus tôt possible. Le facilitateur Edem Kodjo, très actif, multiplie d’ardeurs pour amener les parties prenantes à trouver un consensus sur les questions qui fâchent. Les forces politico-sociales encore à l’extérieur sont toujours sollicitées à rejoindre la barque.

Il a donné de la voix hier, au cours d’un point de presse, au siège de l’Union des Démocrates pour la Renaissance du Congo (UDRC), son parti situé au quartier 8 de la commune de N’djili, dans la ville de Kinshasa. Après les évènements du lundi 19 et mardi 20 septembre, au cours desquels son siège a été victime, Bruno Mavungu encourage tous les protagonistes à rejoindre la table de négociation. Car, c’est seulement à travers le dialogue que la RDC peut régler les problèmes liés notamment, aux élections y compris les préalables que posent avant tout le Rassemblement, pour sa participation.

Dans une déclaration datée du 24 septembre 2016, l’Alternance pour la République, indignée par l’arrestation de Moïse Moni Della, exige sa libération immédiate et sans condition. Pour cette plateforme qui soutient la candidature de Moïse Katumbi, ce qui s’est passé pour Moni Della est une sorte d’enlèvement et de séquestration.

Représentant le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, à la 71ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York, le Ministre des Affaires Etrangères, Raymond Tshibanda a entretenu l’Assemblée, entre autres sur les objectifs de développement durable : une nouvelle impulsion pour transformer notre monde, thème du débat général ; la décentralisation en RDC ainsi que les élections générales. Des élections, l’émissaire de Kabila Joseph a réaffirmé, de la manière la plus solennelle, qu’en dépit du retard enregistré dans leur préparation, les élections générales initialement prévues pour la fin de cette année seront bel et bien organisées, aussitôt que les conditions techniques le permettront.

*Les travaux du Dialogue n’ont pas repris, comme prévu, le vendredi 23 septembre 2016. Aucune date de reprise n’a été avancée. Les partis d’Opposition qui avaient accepté de participer au Dialogue sous la Facilitation du diplomate togolais désigné par l’Union Africaine, Edem Kodjo, ont pour la seconde fois suspendu leur participation.

*Un nouveau vent souffle depuis le samedi 25 juin dernier au sein de l’YMCA, cette grande Asbl internationale, branche du Gouvernement dans l’encadrement des jeunes. Sous le haut patronage du Ministre de la Jeunesse, Sports et Loisirs, Denis Kambayi Cimbumbu, une grande Assemblée Générale Extraordinaire et Elective a été organisée du 24 au 27 juin, dans la concession même de l’YMCA, à Matonge, dans la commune de Kalamu, au cours de laquelle, Jimmy Matulu Mwana a été démocratiquement élu président national de l’YMCA/RDC.

*Pourquoi l’ancien capitaine des Léopards et de Mazembe, Trésor Mputu Mabi n’a plus joué au foot depuis son retour de l’Angola. C’est la question que d’aucuns ne cessent de se poser, sachant que le meilleur joueur africain de 2009 n’a pas encore mis fin à sa carrière. En fait, Mputu a des litiges avec le club angolais de Kabuscorp, où il a presté pendant une saison avec un bilan jugé plutôt mitigé.

*C’est une soirée différente de toutes les autres à Kinshasa. Les kinois, amoureux du catch, ont retrouvé le dimanche 27 décembre 2015, une ambiance exceptionnelle du catch qu’ils n’ont plus revu depuis les années 90.

Après les consultations. Dialogue : les Evêques catholiques réaffirment leur soutien !

*Ils ont bouclé la première phase des consultations auprès des forces vives du pays. Lundi 4 janvier 2016, les prélats catholiques ont, en effet, rendu public un communiqué dans lequel ils réitèrent leur appel à un dialogue répondant aux aspirations de tous pour l’intérêt supérieur du pays. Un Comité de suivi, composé de six Archevêques Métropolitains, du Président et Vice-Président de la CENCO, a été mis en place. Ce Comité de suivi aura pour tâche de maintenir le contact avec tous les protagonistes, susciter et consolider la confiance mutuelle et encourager les initiatives visant la relance du processus électoral.

CENCOIl y a, donc, une évolution dans le discours des Evêques. Sans doute que le message Urbi et Orbi du Souverain Pontife, du 25 décembre 2015, en aura été un des éléments clés. Maintenant que la CENCO a donné le ton, l’on s’attend à ce que les différents protagonistes mettent également de l’eau dans leur vin, pour sauver la jeune démocratie congolaise.

Ils ont pris de la hauteur, les membres du clergé. Cette fois-ci, ils se sont rendus à l’évidence, après trois jours des Consultations marathon engagées auprès de l’Opposition, de la Majorité et du Président de la République, sans oublier, les organisations de la Société civile, qu’il n’y a pas d’autre issue, pour débloquer le processus électoral, que le dialogue. Ils se sont gardés d’en fixer les limites, comme ils l’avaient fait, fin novembre dernier, lorsqu’ils affirmaient que la stabilité du pays résidait dans le respect absolu de la Constitution. Autrement dit, le dialogue ne devrait pas aboutir à un nouvel ordre politique institutionnel. Il y a une évolution dans le discours des Evêques. Ils se contentent d’évoquer un dialogue qui réponde aux aspirations de tous pour l’intérêt supérieur du pays. Cette évolution dans le discours du clergé n’est pas étrangère au message Urbi et Orbi du Souverain Pontife, le 25 décembre 2015. En effet, ce soir- là, le Pape François recommandait aux pays en crise comme la RDC, le Burundi et le Sud-Soudan à régler les différends politiques par la voie du dialogue. Peut-on parler de revirement dans la position de l’Eglise catholique ? Il importe de souligner qu’immédiatement après le message du Pape François, les Evêques ont lancé, du 28 au 30 décembre, leurs consultations. En sortant du Bureau de Minaku à l’Assemblée nationale, la forte délégation d’Evêques a déclaré que la situation du pays était préoccupante. La contribution de la CENCO est très attendue au processus électoral. Après avoir échangé avec le Chef de l’Etat, les acteurs politiques et les ténors de la Société civile, les catholiques sont convaincus qu’une solution est possible. Il existe bel et bien une lueur d’espoir, en dépit des divergences dans les positions exprimées par les uns ou les autres. « Chaque composante, par amour pour notre mère patrie, garde cependant une fenêtre ouverte propice aux échanges pour l’intérêt suprême de la Nation », lit-on dans le communiqué. Les princes de l’église continuent à croire en la réussite du processus électoral pour consolider la jeune démocratie. Que ceux qui ont des ambitions personnelles démesurées comprennent que la survie de la Nation vaut plus que les avantages que procurent le maintien ou l’accession au pouvoir d’Etat.

La Pros.

CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO

Présidence

BP. 3258-Kinshasa/Gombe

Tél. : 00243 998 24 86 99

Fax : +33172703031

E-mail : cencordc@gmail.com

République Démocratique du Congo

COMMUNIQUE DE LA CENCO A L’ISSUE DES CONSULTATIONS

Eu égard à la situation très préoccupante de notre pays et, ayant reçu à ce propos des appels inquiétants de différents milieux, les Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), réunis à Kinshasa, du 28 au 30 décembre 2015, ont initié des consultations auprès des forces vives de la RD Congo. Ils ont échangé notamment sur le processus électoral, afin d’écouter les aspirations de tous et de proposer leur contributions. Le résultat de ces consultations est encourageant.Au nom des Evêques de la CENCO et du mien propre, j’adresse mes sincères remerciements au Chef de l’Etat pour sa disponibilité et son attention particulière réservée à notre délégation. Je remercie autant tous les acteurs politiques et les ténors de la société civile ayant participé à ces consultations, de même tous ceux qui nous ont fait parvenir leurs contributions par écrit, ainsi que nos compatriotes de la diaspora. Tous espèrent que la CENCO apportera une contribution appréciable au processus électoral.Je salue la marque de confiance de la part des Représentations des partis politiques et de la société civile à l’égard de l’église catholique lors des échanges et en même temps je relève l’attitude positive et constructive dont ils ont fait preuve. En dépit des divergences qui marquent leurs respectives positions, expression de la liberté démocratique, chaque composante, par amour pour notre mère patrie, garde cependant une fenêtre ouverte propice aux échanges pour l’intérêt suprême de la Nation.Cette première phase des consultations a donné lieu au sein de la CENCO à une mise sur pied d’un Comité de suivi comptant huit membres : les six Archevêques Métropolitains de l’Eglise-Famille de Dieu en RD Congo, ainsi que le Président et le Vice-président de la CENCO. La tâche dévolue à ce comité est de maintenir le contact avec tous les protagonistes, de susciter et consolider la confiance mutuelle et d’encourager les initiatives visant à la relance du processus électoral.C’est pourquoi, je saisis cette occasion pour réitérer aux uns et aux autres l’appel pressant de la CENCO à un sursaut patriotique, afin qu’ils puissent prendre leurs responsabilités devant l’histoire en vue d’un dialogue répondant aux aspirations de tous pour l’intérêt supérieur du pays.Aussi, voudrais-je, au nom des Evêques membres de la CENCO et du mien propre, présenter mes vœux les meilleurs de Joyeux Noël et d’Heureuse Année 2016 à tous nos compatriotes. Qu’ils soient comblés de paix, de bonheur et de bénédictions spirituelles dans le Christ (cf. Ep 1, 3).Je me tourne vers le Très-Haut, le Dieu d’Amour et de miséricorde, et j’invite tous les fils et les filles de notre cher pays à implorer les grâces divines pour la réussite du processus électoral et pour la consolidation de notre jeune démocratie. Que la Vierge Marie, Reine de la paix, intercède pour notre pays et pour son peuple.

Kinshasa, le 4 janvier 2016

Nicolas DJOMO

Evêque de Tshumbe

Président de la CENCO

Advertisement
Advertisement

Top Stories

Grid List

Oui.  Il a pris part à l’ouverture des travaux du comité préparatoire du dialogue en RDC. Et, par ailleurs, il continue d’y participer. Samy Badibanga dit rester de cœur avec ‘’les amis de l’Opposition et membre de l’Udps‘’ d’Etienne Tshisekedi. Il n’a, à tout dire, pas trahi. Il compte, simplement, changer les choses de l’intérieur, fait-il noter. ‘’ Nous allons poser toutes les exigences de l’Opposition sur la table pour obtenir de l’intérieur ce que, jusqu’à présent, nous n’avons pas pu obtenir de l’extérieur ‘’, martèle Samy Badibanga. A ces assises, le président du Groupe parlementaire ‘’UDPS  et Alliés’’ dit veiller au respect de la constitution de la RDC et des dispositions de la résolution 2277 quant au dialogue. 

Toutes les batteries sont mises en marche afin que la soirée soit à la hauteur du chanteur, à la dimension d’une véritable icône, NTESA DALIENST, qui a apporté une touche particulière et irréfutable dans la musique congolaise moderne. La communauté Ne-Kongo s’est mobilisée, pour rendre un hommage le plus déférent à l’artiste et surtout pour réussir cet événement. Ce vendredi 23 septembre, les mélomanes sont, en effet, conviés à cette grande commémoration marquant le 20ème anniversaire de sa triste disparition, à Béatrice Hôtel.

1. Contexte

L’Agence Congolaise des Grands Travaux, ACGT en sigle, créée en 2008 et relevant du Ministère des Infrastructures et Travaux Publics (ITP), a pour principales missions d’assurer l’ingénierie de conception des projets d’infrastructures et de les manager. Elle joue également le rôle de conseiller du Gouvernement par l’entremise du Ministère des ITP, qui est Maitre d’ouvrage des projets d’infrastructures en RDC.

Le Directeur Général de l’Agence Congolaise des Grands Travaux, ACGT, Médard Ilunga Mwamba, se propose d’amener les Juristes de son agence au niveau des défis, ententes, enjeux et à la politique de la gestion de l’entreprise. Il a prévu, à cet égard, une série de formation dans le souci de vouloir transformer le capital humain de son entreprise afin de sécuriser davantage les actes que pose son Entreprise face aux enjeux de la performance. Dans cette série, il faut compter le séminaire sur le Management juridique qui s’est ouvert le 19 juillet et dont les lampions se sont éteints, le mercredi 3 août 2016.

Aujourd'hui1151
Hier982
Cette semaine1151
En 2016262844

4
Online

lundi 26 septembre 2016 20:39
Advertisement